logo

Comment tenir comp­te du si­gne de la Lune ?

LuneLa Lune, par­ce qu'el­le est l'astre le plus pro­che de notre bon­ne vielle planète Ter­re, a une im­por­tance capi­tale. En astro­lo­gie, elle est l'égale du So­leil. Selon son si­gne, la Lune a son rôle bien spé­ci­fi­que. Elle gère le bien-être, le me­tal, la façon de se sen­tir bien dans sa peau. Voy­ons l'effet de la Lune dans les douze si­gnes du zo­dia­que.

BélierCelui qui a sa Lune dans le si­gne du Bé­lier a be­soin d'agir com­me il veut et quand il veut. Il aime com­men­cer quel­que cho­se de nou­veau, il y met­tra tou­jours beau­coup d'éner­gie. Impulsivité et coups de tête, sa visi­on du mon­de est très per­son­nel­le et il lui est qua­si impos­sible de se met­tre à la pla­ce des aut­res. Il ne man­que pas de chari­sme et il fait tout pour avoir de l'im­por­tance. Il se sent mieux avec des gens indé­pen­dants, il a tou­jours be­soin d'un peu de com­pé­ti­tion dans ses re­la­tions, il aime ceux qui font mil­le cho­ses. Si rien ne contre­dit la posi­tion lu­naire, on dira qu'il a con­fian­ce en lui. Il peut recher­cher l'exci­ta­tion de l'acti­on (sports ex­trêmes, etc.). Il a hor­reur des émo­tions non maî­tri­sées et les symp­tômes de fai­bles­se. Il pré­fère la vie so­ciale à l'inti­mité. Il lui faut entre­pren­dre et il adore ceux qui ont du répon­dant. Il est un peu non-con­for­mi­ste et l'insé­cu­ri­té est pour lui un mo­bile per­met­tant une évo­lu­tion.
TaureauCelui qui a sa Lune dans le si­gne du Tau­reau re­cher­che des plai­sirs con­crets. Il veut pos­séder et sa­vou­rer les fa­veurs de la vie. Il a be­soin d'être ras­su­ré, d'être choyé. Il aime les plai­sirs sen­su­els, il ap­pré­cie son corps et les plai­sirs qu'il lui don­ne. Il est con­cret et plein de bon sens. Il aime voir les cho­ses et les gens se dé­ve­lop­per, cela le ras­sure. Il est pa­tient, sta­ble, têtu et insa­ti­able. Il con­si­dère que pro­fi­ter de la vie, de la chair et de son inté­rieur sont de vraies va­leurs. Il aime prendre soin des aut­res, mais il est as­sez con­ser­va­teur et tra­di­tion­nel. Il aime la fémi­nité et la dou­ceur.
GémeauxCelui qui a sa Lune dans le si­gne des Gé­meaux se déve­lop­pe dans le mon­de des idées. Il a be­soin d'être sti­mulé sur le plan intel­lec­tuel. Il pré­fère la com­muni­ca­tion aux sen­ti­ments. Il peut con­fon­dre sen­ti­ments et intel­lect, ceux-ci lui sem­blant trop com­ple­xes et trop enva­his­sants. Il aime les chan­ge­ments et les re­cher­che même, il con­si­dère sou­vent la sta­bi­li­té com­me une entra­ve. Il a be­soin de se sen­tir en­tou­ré d'amis, il affec­tion­ne les échan­ges intel­lec­tuels et il pré­fè­re­ra tou­jours les rela­tions intel­lec­tuel­les aux pas­sions co-dépen­dan­tes. Il a be­soin de com­pli­ci­té et d'échan­ges.
CancerLe be­soin de se lier, de se fon­dre et de dé­pen­dance sont pro­non­cés chez celui qui a sa Lune dans le si­gne du Can­cer, sans que ce soit for­cé­ment péjo­ratif. Le be­soin d'in­timi­té et d'éprou­ver des sen­ti­ments sont indis­pen­sa­bles et il vit dans un mon­de d'émo­tions ou de rêves. Sa mère a joué un rôle im­por­tant dans sa vie. Hyper­sen­si­ble et sus­cep­ti­ble, les émo­tions peu­vent déborder dans la démesure. Chantages affectifs et aut­res excès infantiles peu­vent servir de compensation à tout ce qui ne lui paraît pas normal. On di­rait qu'il sait mieux que les per­son­nes con­cer­nées ce qui est bon pour eux. C'est par­ce qu'il peine à dépas­ser ce qu'il a ap­pris pen­dant l'en­fan­ce. Ce n'est pas tou­jours un dés­avan­tage. La fa­mil­le joue un grand rôle, voulu, ac­cep­té ou non. Il est tou­jours un peu en­fan­tin quel­que part et il a be­soin d'être sécu­ri­sé.
LionCelui qui a sa Lune dans le si­gne du Lion dé­teste l'in­dif­fé­rence. Il a be­soin de se sen­tir im­por­tant et sa con­fian­ce en lui est natu­rel­le. Il ne sup­por­te pas d'être dé­con­si­dé­ré et de ne pas être à la pla­ce qu'il estime mériter. Son or­gu­eil l'empêche d'accep­ter ses er­reurs, il est un peu buté. Il a ten­dance à en faire trop, à se dépasser tout le temps, il veut méri­ter la re­con­nais­san­ce qu'il at­tend des aut­res. Il veut avoir de la clas­se et de l'élé­gance, il aime être bril­lant, il dé­tes­te qu'on le né­glige. Il a be­soin de grands sen­ti­ments, il dé­tes­te donc la mono­to­nie. Il aime que l'on soit fier de lui. S'il a des en­fants, il voud­ra qu'ils soient bril­lants.
ViergeCelui qui a sa Lune dans le si­gne de la Vierge a be­soin de per­fec­tion. Il est pré­oc­cu­pé à se pro­téger tout en af­fer­mis­sant, en as­sain­is­sant, il dé­te­ste ce qui pro­voque de l'in­sécu­rité. Il peut recher­cher la ten­dres­se en se don­nant cons­tam­ment, en tra­vail­lant beau­coup, ainsi qu'en ga­ra­ntis­sant l'or­dre, mais sou­vent la rai­son dom­ine ses sen­ti­ments. Il a be­soin d'hy­gi­ène, il veut une vie saine. Son in­sé­cu­rité l'empêche de se lais­ser aller. Il a be­soin de se sen­tir utile et ap­pré­cié pour son dévou­ement. Il peut en faire trop. Ce stress per­ma­nent qu'il s'in­flige peut l'épui­ser à la lon­gue. Il est très cri­ti­que, il aime­rait que tout soit stru­ctu­ré, pro­pre et ordon­né. Il aime­rait domi­ner ses sen­ti­ments afin de se fai­re moins de souci.
BalanceCelui qui a sa Lune dans le si­gne de la Balan­ce aspi­re à un mon­de de beau­té et de paix. Il dé­teste les incon­ve­nan­ces et l'incor­rec­tion. Les liti­ges l'an­gois­sent. So­cia­ble, n'étant pas soli­taire, il vit en cher­chant à garder l'équi­li­bre en toute cho­se, ce qui n'est pas cho­se aisée à réa­liser. Il est un par­te­nai­re par­fait. Il ne cher­che pas for­cé­ment les sen­ti­ments, mais l'échan­ge. Cette re­cher­che d'équi­li­bre et ce be­soin de con­tacts le pous­sent à com­pren­dre les points de vue les plus di­vers, mais aus­si à ne plus avoir d'opi­nion pro­pre, ce qui le fait pas­ser com­me en­nu­yeux et ter­ne. Il fuit les con­flits en toute diplo­matie, mais il arri­ve qu'on lui repro­che cela. Cet­te quête de l'équi­li­bre peut l'épui­ser, car l'équi­li­bre n'est pas tou­jours pos­sible. Il aime que l'on re­con­nais­se son impar­tia­lité. Le char­me et la séduc­tion sont pour lui des don­nées im­por­tantes, car ils pro­cu­rent du plai­sir. Celui qui a sa Lune dans ce si­gne du s'étio­le s'il n'éprouve pas de plaisirs.
ScorpionCelui qui a sa Lune dans le si­gne du Scor­pion a be­soin de se lier et d'éprou­ver des sen­ti­ments. Ceux-ci sur­fent sur des mon­ta­gnes rus­ses, al­lant du plus haut au au plus bas. Il peut avoir des idé­es noi­res, un brin paranoïaque, anx­ieux, il peut voir des cons­pi­ra­tions et des intri­gues par­tout, son men­tal est agité. En réa­lité, une insé­cu­ri­té pro­fonde l'habi­te, com­me si on al­lait l'aban­don­ner. En même temps, on di­rait qu'il fait tout pour bri­ser les liens exis­tants, en rai­son de son ima­gina­tion qui est faci­le­ment néga­tive. Les liens peu­vent être étouf­fants, le be­soin de tout con­trô­ler à tout mom­ent se con­jugue avec une certaine dé­pen­dance mal accep­tée. Il est un peu mar­gi­nal, à sa façon, en rai­son de son hyper­sen­si­bi­li­té. L'atten­te d'émo­tions est sou­vent exces­sive et pous­se tout le mon­de à être mal à l'aise. Avec du recul et un peu plus de con­fian­ce en soi, Celui qui a sa Lune dans le si­gne du Scor­pion peut devenir un être qui sait par­faite­ment écou­ter l'aut­re tel qu'il est.
SagittaireFuyant toute dé­pen­dance et toute for­me d'en­ra­ci­ne­ment, Celui qui a sa Lune dans le si­gne du Sagit­tai­re a un tem­pé­ra­ment d'aven­tu­rier. Il a be­soin de croi­re que la vie a un sens. Il s'in­té­res­se à l'abs­trait, par exem­ple, en étu­diant et en philo­so­phant, si­non, il par­tira à l'aven­ture. Il n'aime pas les habi­tudes, ni les gens trop con­ven­tion­nels. C'est par­ce qu'il ne com­prend pas tou­jours les be­soins des aut­res. Il a be­soin de se sen­tir un brin au-des­sus des aut­res, be­soin de liber­té ou de chan­ge­ments. La rou­tine lui fait peur et il pré­fère pren­dre son des­tin en main plutôt que de se plain­dre. Il veut repous­ser ses limi­tes, quelles qu'el­les soi­ent. Il n'aime pas s'occu­per de petits dé­tails. Il aimer­ait être plus indépen­dant qu'il ne l'est déjà.
CapricorneBien qu'il s'en dé­fende, celui qui a sa Lune dans le si­gne du Capri­corne est insé­curi­sé. Il éta­blit des plans afin de palier à cela. Même s'il s'éver­tue à cher­cher l'accep­ta­tion des aut­res au tra­vers de son tra­vail, il pré­fère les gar­der à dis­tance. Il com­pen­se un sen­ti­ment inté­rieur de ne pas être aimé par un achar­ne­ment au la­beur. Un brin para­noïa­que, il ne comp­te que sur lui-même et, soli­taire, il a be­soin de dis­tance avec les aut­res. On di­rait qu'il ne sait pas ce qu'est le plai­sir ou com­ment faire plai­sir. Il ne sait pas se dé­ten­dre. Res­pon­sa­ble, il se maîtrise et se domi­ne en per­ma­nen­ce. On le juge com­me froid, indif­fé­rent et déta­ché. Il dé­tes­te ce qui man­que de no­bles­se. Plus ambi­ti­eux qu'il ne le mon­tre, il veut réus­sir, être utile et ré­pon­dre aux res­pon­sa­bi­li­tés acqui­ses au fil du temps. L'ima­ge du tra­vail a été impri­mée en lui par sa f­amil­le et il a ado­pté très tôt cette en­vie de réus­sir.
VerseauPlutôt axé sur les idé­es, la cul­ture, la céré­bra­li­té et l'intel­lect, celui qui a sa Lune dans le si­gne du Ver­seau n'est pas à l'aise avec le mon­de des émo­tions, du ro­man­ti­sme et des sen­ti­ments. Il pré­fère sou­vent les amis aux gran­des pas­sions sen­suel­les qui le dé­ran­gent au bout d'un cer­tain temps si l'in­tel­lect est exc­lu de la rela­tion. Il a be­soin d'esti­mer son par­ten­aire sur le plan intel­lec­tu­el pour qu'el­le ait une chan­ce de du­rer. Il n'est pas à l'aise avec les rela­tions fu­sion­nel­les où tout s'im­bri­que. Très indé­pen­dant, un peu égoï­ste sur le plan inti­me, il a be­soin d'espa­ce. Il n'aime pas ce qui est tra­di­tion­nel et il pré­fèrera ce qui est mar­ginal, mais qui pro­vo­que le fris­son de la décou­ver­te.
PoissonCelui qui a sa Lune dans le si­gne des Pois­sons se sent con­cer­né par tout ce qui ar­rive dans le mon­de. S'il arrive à s'imp­liquer dans des affai­res so­ciales, peu imp­orte com­ment, il se sou­strait à ce sen­ti­ment de cul­pa­bi­li­té qui l'imp­res­sion­ne. Les asso­cia­tions où tout le mon­de par­tage tout lui con­vien­nent par­faite­ment et il a ainsi l'impression d'être utile. Son hyper­sen­si­bi­li­té l'émeut et il est faci­le­ment heu­rté. Il peut s'int­éres­ser à l'abst­rait et à l'occu­lte. S'il ne s'accor­de pas cette pos­si­bi­li­té, il nage­ra en eaux trou­bles, à con­di­tion que les aut­res planètes du thème s'y prêtent. Les mé­los du type bour­reau/vic­time sont alors pos­sibles, avec tou­tes les nu­ances pos­sibles. Il de­vient cul­pa­bi­li­sant, don­ne dans le chan­tage affec­tif, avec des res­sen­ti­ments so­no­res et ta­pa­geurs, se pos­ant en éter­nel­le vic­time et mar­tyr, plutôt que de réa­gir à la situa­tion. Il est fa­cile­ment co-dé­pen­dant et il lui faut abso­lument avoir con­fian­ce en lui pour avan­cer. En dis­ant non à ceux qui le vi­dent de son éner­gie, il rend le mon­de meilleur.